Pages

vendredi 7 décembre 2018

Déception en CCPL Maroc mais un siège au Comité technique de l'AEFE


Le  Sgen-CFDT a perdu son siège en CCPL2. Nous le regrettons car nous n'avons pas à rougir de notre engagement au sein de cette instance en elle-même et du dialogue social. (CCPL2 - DIALOGUE SOCIAL)

Nous sommes déçus que les agents ouvriers et de service avec le syndicat qui les représente, l'UMT, aient décidé de ne plus marcher avec nous mais de rejoindre le syndicat majoritaire avec qui, en 2014, ils avaient décidé de ne plus travailler ; nous espérons que leur choix sera le bon, pour leurs conditions de travail.

Nous avions fait le pari en 2014 qu'un syndicalisme porteur de résultats saurait convaincre.
Nous avons largement contribué aux avancées sociales effectuées ces dernières années. Nous nous sommes particulièrement impliqués dans la revalorisation des agents de laboratoire, à notre sens un cas d'école pour promouvoir notre type de syndicalisme. (voir -Dialogue social - GT du 5 juin: grilles des agents et agents de labo . A noter que c'était la proposition que nous avions défendue et initiée dans un courrier intersyndical UMT - Unsa et Sgen-CFDT le 10 avril 2016  
Lettre intersyndicale concernant les agents techniques de laboratoire ! - )

Nous avons sans cesse œuvré pour une revalorisation du statut des surveillants et d'une reconnaissance plus grande à leur endroit. ( par ex : Le Sgen écrit au SCAC : demande de formations pour les recrutés locaux, non enseignants)

Nous avons demandé ce qui finalement va être mise en œuvre, la revalorisation des bas salaires. Nous souhaitons qu'elle soit effective le plus vite possible.


Nous savons qu'à notre niveau, nous ne pouvons pas agir sur un contexte contraint, nous pensons qu'il faut utiliser les rares marges de manœuvre donc nous disposons pour obtenir des avancées quantitatives, si c'est possible, et qualitatives : le bilan social que nous avons voulu sera un levier pour permettre des avancées dans le cadre du dialogue social, par exemple pour augmenter les points d’avantage familial, voire pour aller vers la gratuité des frais de scolarité ou pour réfléchir à des primes.

Nous avons porté la nécessité d'inscrire les questions d'hygiène, sécurité et conditions de travail dans le Règlement intérieur du travail.
Nous avons aussi réclamé une inscription plus forte de la nécessité de formation.

Nous pensons en effet que tout agent a droit à une formation, qualifiante si possible pour pouvoir évoluer dans son métier... Le Sgen écrit au SCAC : demande de formations pour les recrutés locaux, non enseignants)

Le Sgen-CFDT continuera à défendre, à proposer, à suivre, à informer dans la mesure de ses possibilités, dans le cadre de l'établissement et aussi en interpellant le Scac. Nous continuerons à porter des propositions.

Le Sgen-CFDT a cependant au niveau de l'AEFE obtenu un siège, pour la première fois et s'en réjouit : c'est le fruit de son travail notamment auprès des personnels en contrat local dans de très nombreuses régions du monde !

Résultats CCPL2 Maroc

inscrits
exprimés
Unsa
Unsa
%
Sgen-CFDT
Sgen-CFDT
%
Snes-FSU
Snes-FSU
%
2010
1092
448
126
28.13
42
9.38
268
59.82
2014
1270
805
125
15.65
136
16.89
476
59.13
2018
1179
683
104
15,22
70
10,24
447
65,44

mercredi 5 décembre 2018

L'administration répond à notre demande

Il y a quelques semaines, les personnels du lycée Lyautey ont été confrontés à une situation de tension extrême, du fait de nombreuses plaintes ou menaces de plaintes portées par des élèves et des parents.

Le Sgen-CFDT a proposé à l’administration du lycée de donner aux collègues un vademecum ou "kit de survie" rassemblant tous les renseignements notamment juridiques afin de permettre de faire face à ces situations. Il était en effet urgent d'avoir le nom d'avocats et d'interprètes.
Celle-ci s'est engagée à l'établir rapidement.

Par ailleurs, considérant que les réponses apportées par le Scac étaient insuffisantes, le Sgen-CFDT a été partie prenante d'une pétition qui a été remise à M. Houdu, le Cocac adjoint, mercredi 28 novembre lors du CE.


Le Sgen-CFDT se réjouit que l’administration du lycée ait effectivement répondu à cette proposition : en effet, hier 4 décembre, le proviseur-adjoint a communiqué à tous les personnels un "vademecum d'aide juridique" et un formulaire de demande de protection fonctionnelle.

A la date d'aujourd'hui, seul le Sgen-CFDT a fait une proposition qui se traduit dans les faits.

Ajoutons que lors du CE, le Sgen-CFDT a aussi proposé qu'un groupe de travail élargi aux parents et élèves réfléchisse à rendre plus accessible, plus lisible le règlement intérieur, le constat partagé étant que les parents le signent sans le lire, et que les élèves ne le connaissent pas. Une fédération de parents lors d'une réunion entre les associations de parents et les représentants du personnel avait émis le souhait que ce règlement intérieur soit plus accessible, par exemple avec des dessins.
La proposition a été validée, il reste à la mettre en œuvre.

CCPL - précisions en réponse à un autre compte rendu

En réponse au compte rendu du syndicat majoritaire, le Sgen-CFDT ne souhaite pas s'arrêter aux propos polémiques. 

Il tient cependant à relever deux erreurs factuelles et à apporter des précisions :

- le Sgen-CFDT a participé aux débats en intervenant sur la question concernant les collègues qui risquent d'être privées d'avantage familial. IL a demandé si le Scac avait un retour de l'Agence ; la réponse est Non.
- à propos des demandes de prolongation d'activité, le compte rendu du syndicat majoritaire est faux. En effet une des deux demandes a été rejetée par l'administration. Ce rejet a été approuvé par le syndicat majoritaire. Le Sgen-CFDT a interrogé le proviseur de Meknès au sujet de cet agent dont le représentant local des agents lui avait parlé. Le Sgen-CFDT est le seul syndicat à s'être abstenu



Contrairement à certains messages que vous pouvez recevoir, les problèmes que vous rencontrez ne sont pas portés seulement par le syndicat majoritaire.
VOIR par exemple pour le CTE, pour l'avantage familial, ici et , pour la MGEN le courrier et la réponse.

vendredi 30 novembre 2018

Informations issues de la CCPL du jeudi 29 novembre 2018


Quelques informations issues de la CCPL qui s'est déroulée hier jeudi après midi au Scac à Rabat :

M. Houdu est revenu sur la question des titres de séjour.
Outre ce qui nous et vous a déjà été plusieurs fois dit, outre la volonté partagée d'aboutir à un accord, nous avons appris hier qu'une réunion va bientôt avoir lieu à Paris, et que dans tous les cas de figure, avenants à la convention de coopération, ou réécriture, il faudra une ratification parlementaire pour la France, ce qui implique une procédure longue.
DONC, quel que soit le type d'accord, on passera forcément par un aménagement intermédiaire.
D'une manière générale, le CTE demandé par les autorités marocaines est désormais moins rigide avec des possibilités de l'obtenir selon le contrat pour plusieurs années.
Pour les autres nationalités que française, le Scac ne peut évidemment rien ; il semble cependant que pour l’instant, une attestation de travail permette de mener à bien les démarches, mais sans garantie.

Au sujet de l'avantage familial des collègues conjointes de fonctionnaires marocains, M. Houdu n'a pas de retour, la question est entre les mains de l'Agence.
Le bilan du recrutement des résidents de l'année 2018 nous a été présenté.
La notice pour les nouveaux recrutements pour se mettre en conformité avec les décisions du MEN, ne donnera de bonifications qu'au retour de concours après les deux ans effectués en France ; cette bonification pourrait être reconduite ensuite, si le ou la collègue n'obtient pas son détachement. Le barème est toujours calculé sur la base des notes administrative et pédagogique.
Les recrutements tardifs de contrats locaux nous ont aussi été présentés.

Le calendrier pour l'année 2019-2020 a été discuté : il y aura 7 semaines pour le premier trimestre ; le 6 novembre (marche verte) qui tombe un mercredi sera donc férié dans la semaine de reprise après les vacances d'automne. Les lendemains des fêtes y compris le Mouloud sont prévus.
Les vacances de Toussaint seraient donc du 19 octobre au 4 novembre; celles de Noël du 21 décembre au 6 janvier; celles d'hiver, du 15 février au 2 mars ; celles de printemps du 18 avril au 4 mai. Il faut encore la validation de l'Ambassade.



Contrairement à certains messages que vous pouvez recevoir, les problèmes que vous rencontrez ne sont pas portés seulement par le syndicat majoritaire.
VOIR par exemple pour le CTE, pour l'avantage familial, ici et , pour la MGEN le courrier et la réponse.

https://etranger.sgen-cfdt.fr/dossier/elections-professionnelles-2018/

vendredi 23 novembre 2018

Le Sgen-CFDT au Maroc : enseignement de l'arabe et enseignants mis à disposition

3e volet du compte rendu du déplacement du Sgen-CFDT de l'étranger au Maroc.
Les délégués ont rencontré Michel Houdu et Ibrahim Conté au SCAC et la directrice du CEA



Le turn-over imposé par le ministère marocain d’enseignants (EMAD) rend la tâche des établissements, du CEA et des collègues complexe. 
Comment faciliter l’insertion des nouveaux, qui ne connaissent pas du tout le système scolaire français : ici guide d’accueil réalisé par leurs pairs, et partout, des efforts importants pour former ces nouveaux venus, sélectionnés conjointement par les académies marocaines et les structures françaises (établissements et CEA) : leur métier dans le système français n’est plus celui de professeur de lettres mais de langue vivante, et les élèves sont loin d’avoir tous de l’appétence pour la langue arabe. 

L’équipe du CEA, avec les EEMCP2 d’arabe multiplient les actions de formation, mais elle n’a pas vraiment les moyens d’assurer de manière suffisante la formation cette année de 113 nouveaux collègues (primaire et secondaire), sans oublier ceux qui sont en poste depuis un ou deux ans. Depuis cette année, ces nouveaux professeurs mis à disposition sont intégrés aux stages des recrutés locaux et il est prévu de les accueillir avec eux en primaire l’an prochain.

Le CEA travaille aussi à l’élaboration de manuels mieux adaptés aux besoins, en partenariat avec un éditeur marocain. La directrice souhaite travailler avec les autres zones arabophones notamment pour des projets d’édition communs.